La charge mentale au travail : une étude IFOP montre que les salariés se déclarent trop sollicités

La charge mentale existe aussi au travail

Mooncard a présenté sur le plateau de BFM Business une étude IFOP sur la charge mentale au travail.

L’info en plus. Ce soir c’est l’étude dont on parle beaucoup en ce moment. On est avec Tristan Leteurtre, président de Mooncard. Bonsoir Tristan Leteurtre.

Bonsoir.

Merci d’être avec nous. Mooncard qui publie avec l’IFOP la toute première étude sur la charge mentale au travail et ses implications dans la vie privée. Ca fait peur : 95% des cadres pensent à leur travail le soir à la maison, 60% souvent et 94% le week-end. Ca fait peur, Tristan Leteurtre.

Oui, on se doute bien que les gens sont stressés et qu'ils ramènent souvent le travail à la maison, mais il y avait assez peu d’études qui chiffraient, qui mesuraient concrètement cet impact, et c’est ce que l’on a voulu faire avec cette étude.

C’est dû à quoi cette charge mentale, c’est plus ou moins qu’avant ou alors c’est juste un constat là, parce que c’est la première fois qu’il y a une étude du genre ?

Alors, il n’y a effectivement pas de mesures qui permettent d'observer une évolution. Les gens mentionnent néanmoins un sentiment de trop plein, les choses s’accélèrent donc on s’imagine que ça ne va pas de mieux, au contraire.

Il y a les mails qui jouent beaucoup et c’est vrai qu’aujourd’hui on a ses mails professionnels qui peuvent arriver sur le smartphone ou l’ordinateur à la maison. On a plus de travail qu’avant, c'est ce que dit cette étude aussi, et puis vous dites aussi que plus l’entreprise grandit, plus la quantité de mails est pénible. Les chiffres que vous donnez indiquent que dans des entreprises de 10 à 19 salariés 60% des cadres estiment qu’ils reçoivent trop de mails, dans les entreprises de plus de 5 000 salariés, 83% estiment qu’ils reçoivent trop de mails.

Oui, on a identifié dans cette étude un certain nombre de processus, les réunions apparaissent comme des choses très pénibles et la gestion des emails apparaît en numéro 1.

Les notes de frais aussi !

Et voilà, alors nous les notes de frais c’est un sujet auquel on s’est attaché. C’est d’ailleurs l’origine de cette étude puisqu'on s’attaque depuis quelques années à ce fléau chez Mooncard. La rémunération apparaît dans cette étude à 41% comme un facteur de stress au travail.

Vous voulez dire que les cadres ne sont pas assez bien payés ?

Alors ce sont tous les sujets relatifs à l’argent. On revient à la maison, on est stressé parce que la journée a été compliquée, et il y a des sujets d’argent qui transparaissent. Pour être très concret, par exemple - un sujet que l’on connaît évidemment bien - une des notes de l’étude c’est : je rentre à la maison, je ne me suis pas fait rembourser, j’en parle avec mon conjoint qui me reproche que les processus de remboursement ne vont pas assez vite. Sur la rémunération “alors ton augmentation ? je trouve que tu travaillais beaucoup, tu n’es pas assez rémunéré, est-ce que tu en as parlé à ton patron ?”

Ça, ça prend beaucoup de place dans la vie privée ?

Exactement.

C’est quoi les conséquences exactement ? Parce que vous avez mesuré aussi les conséquences de cette surcharge mentale du travail.

C’est l’une des grandes nouveautés apportée par cette étude, c’est qu'on a posé la question de ce qu'on fait finalement en rentrant à la maison. Eh bien on fait potentiellement du sport, et donc il y a 60% des gens qui pensent souvent au travail en faisant du sport. On a été jusque sous la couette de manière un peu amusante, et les chiffres sont tout aussi édifiants. Et au-delà de ces fait-là, il y a un impact sur la santé, et ça, ça nous paraît assez étonnant.

Les cadres interrogés vous disent qu’il y a un impact sur leur santé ?

Alors, très concrètement les personnes qui pensent souvent le soir au travail, il y a 75% d'entre eux qui ont des problèmes de sommeil. Donc ça ne s’arrête pas à la porte de la maison, ça va même sous la couette.

Et c’est pas mieux en province qu’à Paris, Tristan Leteurtre, c’est ce que vous dîtes dans cette étude, on pourrait penser que la qualité de vie en province pourrait jouer un rôle, mais pas dans cette étude en tout cas.

Exactement. Dans cette étude Mooncard - IFOP, on a voulu aussi mesurer un certain nombre peut-être de clichés ou de positions qui sont facilement faîtes, et on s’aperçoit que les chiffres sont sensiblement les mêmes, c’est-à-dire qu'en province on est stressés à 45% et à Paris à 44%. Finalement, aller en province ne permet pas d'échapper au stress du travail.

Vous, vous êtes chef d’entreprise, est-ce que vous avez vu une évolution ces dernières années ?

Je suis chef d’entreprise donc ca fait plus de 10 ans que c’est un sujet qui me passionne et qui me préoccupe. C’était l’origine de Mooncard, ce sujet des achats et des notes de frais.

De simplifier ?

De simplification. On est une entreprise de 40 collaborateurs, on grandit vite - et donc en regardant cette étude, on s’est posé nous-mêmes la question de savoir si on fait tout bien dans l’entreprise. On est comme toutes les entreprises affectées par les sujets des emails trop présents, on s'inquiète de savoir à quelle heure les emails sont envoyés par exemple, est-ce que les réunions sont à des heures adéquates, est-ce qu'elles sont compatibles avec la vie personnelle de nos collaborateurs ?

Si vous aviez des conseils à donner aux chefs d’entreprises (petites ou grandes) qui nous écoutent, quels seraient-ils ?

Nous, on a fait ce constat, donc on l'a un peu édifié : on s’attaque en tant qu’entreprise à ce sujet. Ce que l’on veut c’est que toutes les entreprises se saisissent du sujet. Il y a une loi à la déconnexion qui manifestement n’apporte pas tous ses fruits ou peut-être n’est pas suffisamment appliquée. Et il y a des sujets de management, il y a des associations, des experts qui sont bien positionnés sur le sujet et puis il y a des outils. Il y a beaucoup d’outils qui apparaissent et je pense qu’il faut continuer très fort dans cette direction.

Tristan Leteurtre président de Mooncard qui publie avec l’IFOP la toute première étude sur la charge mentale au travail et ses implications dans la vie privée. Merci beaucoup d’avoir été avec nous.

Découvrez d'autres interviews de Mooncard